Accueil | Préparatifs | Présentation | Tour du monde | Interview | Coin des écoles | Sponsoring |
Tour du monde en autostop - Jeremy Marie

Partenaire







 Carnet de Bord : “América”... ou...”Les Etats-Unis d'Amérique”

Communément appeléAmérique”, les Etats-Unis ne sont qu'une partie du double continent. Néanmoins, ce pays d'une taille tout de même assez importante fait parler de lui. En effet, nous pouvons dire que les Etats-Unis sont peut-être le pays le plus puissant de notre planète de nos jours. L'influence du pays dépasse largement ses frontières.

Comprenenez donc que lors de mes deux dernières années de voyage, en Europe, en Asie, en Afrique, et en Amérique Centrale, j'ai été introduit à la culture des Etats-Unis à travers sa musique, son cinéma ou même sa nourriture. Il fût ainsi tres intéressant de découvrir l'endroit qui exporte en masse sa façon de vivre...

En Juillet 2009, j'entrais aux Etats-Unis par le Texas, qui est le deuxième plus grand de ses cinquante Etats. Jusqu'au mois de Mars 2010, j'ai pu en traverser trente-trois. Toujours en autostop, j'ai eu la chance d'effectuer de multiples rencontres et de comprendre un petit peu mieux le système de vie d'un pays qui est parfois considéré comme un Empire contemporain.

Mon itinéraire en autostop aux Etats-Unis


En tant qu'Empire, nous pourrions dire que le pays possède ses forces et ses faiblesses, qu'il y a un côté lumineux de sa force mais aussi un côté obscur. Bien sûr tout n'est pas tout blanc ni tout noir mais permettez moi d'exprimer mon point de vue: celui d'un étranger au pays de l'Oncle Sam.

 

La culture locale et exportative américaine

Je doute apporter beaucoup d'informations à mes chers lecteurs dans cette première partie mais je vais commencer ce témoignage sur les Etats-Unis par les informations que j'ai pu récolter à propos de sa culture.

Comme le titre de cette partie l'indique, une bonne partie de la culture américaine est retrouvable dans la plupart des pays de notre monde. Frôlant souvent l'acculturation, la musique, le cinéma, la nourriture ou d'autres aspects de l”Amérique” se greffent à la façon de vivre à l'européenne, à l'asiatique, à l'africaine et j'en passe...

 

-Manger beaucoup, vite et mal pour pas cher: “la fast-foodisation à l'américaine

Qui ne connait pas “Mac Donald's” ou “Burger King” de nos jours? Ces enseignes ont déjà fait le tour du monde mais elles ne sont pas les seules à se partager le marché du fast-food aux Etats-Unis.

Me voici degustant un hamburger américain...


Fast-food” ou “nourriture rapide” en français est un mode de consommation très répandu aux Etats-Unis. Mac Donald's, Burger King, Subway, Wendy, Dennys, Arbys, Jack in the Box, Apple Bees, Friday's, Dunkin Donuts... Toutes ces corporations constituent majoritairement le paysage urbain de toutes les banlieues des villes américaines, ce qui les rendent d'ailleurs uniformes et banales.

L'atout attractif du fast-food américain est que l'on y vient pour consommer un “repas-fun”. De plus, la nourriture est peu cher. Les portions sont tellement grandes que vous ressortez du restaurant en vous sentant... restauré. La boisson est à volonté, il ne vous suffit que de payer votre premier verre (qui peut être d'une grandeur d'un litre si vous voulez) et ensuite vous pouvez le recharger tant que vous voulez à la fontaine à sodas du restaurant.

L'inconvénient, majeur, est que la nourriture servie dans les fast food est très mauvaise pour la santé. A donc consommer avec modération.

 

-Divertissement-Land

Les Etats-Unis ont certainement un atout: celui de “Vous Divertir”. L'argent dépensé dans l'industrie du cinéma, de la musique, ou tout simplement du divertissement est énorme.

La majorité du cinéma mondial provient d'un quartier de Los Angeles en Californie. Chacun a entendu parler de Hollywood et de sa fameuse petite colline.

La colline de Hollywood


Le “blockbuster” à l'américaine est un film à gros budget qui est souvent produit aux Etats-Unis mais que vous pourrez aussi voir en Chine, au Paraguay ou à l'île Maurice...

De gros studios tels que la 20th Century Fox, Warner Bros ou Universal brassent des millions de profit par film (il arrive toutefois que certains navets bénéficient d'une relative moins-value).

Le signe de “Universal Studios” à Los Angeles


La country à Nashville, le blues à la Nouvelle-Orleans, le hip-hop à New York, le grunge à Seattle... La culture musicale américaine est en effet très riche et très variée. Mon itinéraire aux Etats-Unis fût très rythmé par les différents sons des différents états américains.

Une répétition locale de mon hôte Brandie à Oklahoma City


Si il y a bien un endroit qui exprime parfaitement le sentiment de “show-business” que j'ai pu ressentir aux Etats-Unis, ce serait Las Vegas.

Las Vegas est une ville qui a été construite au milieu du désert dans l'Etat du Nevada. Son attrait est aujourd'hui de vous divertir par le biais de casinos et de spectacles. “Show business” est une expression particulierement choisie puisque le but de ce divertissement est de collecter un maximum d'argent tout en étant sûr que vous gardez le sourire.

Bienvenue au Fabuleux Las Vegas”, titre le signe derrière moi


L'argent semble être une valeur plutôt importante aux Etats-Unis. Dans la prochaine partie, nous allons tenter de découvrir quelle influence elle peut avoir dans la vie de chacun dans ce pays.

 

La valeur du travail ou l'American Dream

Il fût très intéressant de découvrir les Etats-Unis après avoir passé un long moment dans des pays du Tiers-Monde. En effet, la valeur de la vie est ici jugée selon différents critères.

Dans la plupart des pays sous-developpés, il m'a semblé qu'il y a une plus grande appréciation du côté social de votre existence. Aux Etats-Unis, la priorité m'a semblé dirigée vers une accumulation de biens associé a un système de vie devenu ultra-capitaliste.

Voyons donc comment fonctionne ce système.

-Travail et détermination

Pour être tout à fait honnète, je dirais que l' américain n'est pas avare de travail. Le travail est même une raison de vivre aux Etats-Unis

Cependant, la différence est qu'il est possible d'y concrétiser ses projets. En effet, si vous avez de l'ambition et des bases solides, il y a toutes les chances pour que vous accédiez à l'accomplissement de vos rêves.

On appelle cela l' “American Dream”. Le rêve à portée de main.

A portée de main, comme toutes ces voitures de luxe au Salon de l'Auto à Chicago. Il est même possible d'essayer l'objet de vos désirs, qui deviendra votre si le rêve se realise... Seulement le rêve n'est pas toujours pour tout le monde.

Si votre rêve se réalise, vous deviendrez multi-millionnaire. Vous aurez tellement d'argent que vous ne saurez même pas quoi en faire. L'”american dream” attire beaucoup de populations de toute la planète Terre, à la recherche d'un accomplissement monétaire.

Après ceci, vous n'aurez plus besoin de vous mettre à genoux sur la glace pour ramasser tous ces dollars; comme ici à Portland dans le Maine.

 

-Innovation

L'américain n'a pas peur d'essayer, de créer, car le jeu en vaut la chandelle. Le pays est comme un grand supermarché où tout peut se vendre. D'ailleurs, les plus grand supermarchés du monde sont situés aux Etats-Unis, on les appelle “Walmart”.

Un supermarché Walmart à Oklahoma City


De ce fait, l'esprit de création est stimulé par l'appât du gain et il est possible de voir toutes sortes d'objet sortant de l'ordinaire. Un des grands pôles d'innovations est par exemple la “Sillicon Valley”, dans la banlieue de San Francisco en Californie.

Efficace ou pas utile, peu importe car si cela se vend, cela fera fonctionner l'économie du pays.

Une trottinette électrique à deux roues à San Antonio au Texas... Vous n'aurez même plus besoin de marcher... Autant dire que le produit, lui, marche!

 

L'autosatisfaction

Les Etats-Unis sont souvent considérés comme un “great country” (un “très bon pays”) par la majorité de ses citoyens.

Plusieurs faits m'ont permis de comprendre pourquoi le pays était aimé et de quelle façon cela se manifestait.

-The star-spangled banner, “nationalisme ou patriotisme”

Combien de fois ai-je pu observer la bannière étoilée aux Etats-Unis. Je l'ai retrouvé à peu près partout dans le pays. Sur les maisons, sur les voitures, en casquette, en tee-shirt, en autocollant, à la télévision... Le drapeau est partout.

La bannière étoilée... Même en gateau (Austin, Texas).


De même, il est possible d'entendre l'hymne américain (nommé d'ailleurs the “star spangled banner”) ou au choix le “God Bless America” à chaque événement sportif ou chaque moment jugé important pour le pays.
 

-Les limites de sa politique internationale

Ce qui est bon pour les Etats-Unis ne l'est peut-être pas pour d'autres.

Certes, il y a des atouts et des qualités dans ce pays. Néanmoins, je ne pense pas que le fonctionnement d'un pays est une chose qui peut s'exporter aussi facilement.

Un problème qui m'est apparu aux Etats-Unis est le manque d'ouverture internationale du pays. Comme replié sur lui-même, comme si le pays était le centre du monde, très peu d'américains connaissent quelque chose du monde en dehors de ses propres frontières.

Il est parfois pensé que comme les Etats-Unis sont “great”, il faut que le reste du monde soit à son image. Cela deviendrait donc un combat permanent pour américaniser le monde.

Vous pensez que mes propos sont durs? J'ai des images dures pour vous...

Comme vous le savez, la seconde guerre mondiale s'est terminée par une ultime attaque des Etats-Unis contre la Japon. Celle-ci était nucléaire. Deux bombes atomiques furent lancées sur les villes de Hiroshima et Nagasaki le 6 et le 9 août 1945 causant la mort de plus de 300 000 personnes.

A Nashville dans le Tennessee, un mémorial de cette guerre a été élevé. Sur l'un des monuments il est possible d'y voir ceci:

Une photo de l'une des deux explosions atomiques, titrée au dessus du terme “Victory”... Je ne suis pas sûr que cela nécessite un si haut sentiment d'autosatisfaction...

A méditer lorsque l'on voit que ces dernières décades, les Etats-Unis ont été impliqué au moins dans cinq guerres différentes: Corée, Vietnam, Koweit, Irak et Afghanistan...

-
Les intentions positives

Cependant, les Etats-Unis sont aussi la source d'intéractions internationales positives.

Beaucoup de projets comme le commerce équitable permettent à certains pays du Tiers-Monde de se lancer dans un échange intéressant de biens.

A Austin au Texas par exemple, j'ai pu consommer du café importé de l'ile caribbéenne de la Dominique.

Souvent des projets indépendants, ceux-ci permettent aux travailleurs des pays sous-developpés de tirer un meilleur profit de leur marchandise.

Comme la marque du café l'indique “Drink coffee, change the world” (“Bois du café, change le monde”).

Je pense que c'est plutôt de cette façon que la diplomatie devrait marcher, autrement qu'avec des armes de destructions massives... A méditer aussi...


Le
Rotary Club est une organisation internationale qui tente de créer des actions positives locales et à l'étranger. La politique du Rotary Club est de créer des projets et de les financer en grande partie. Ces projets peuvent être la construction d'écoles en Equateur ou de la création de puits au Burkina Faso.

J'ai pu visiter à de multiples reprises ce type d'organisation qui est très bien représenté aux Etats-Unis. J'y consacrerai un article dans les semaines qui suivent.

Me voici m'adressant au Rotary Club de Elisabethtown en Pennsylvanie


 

Les volontaires Peace Corps sont des américains réalisant un travail de communauté principalement dans les pays du Tiers-Monde. J'en ai rencontré plusieurs d'entres eux sur ma route et je dois avouer que souvent, j'étais impressionné par la positivité des intéractions qu'ils avaient sur place avec les locaux.

A Rio Blanco au Nicaragua, Michael effectuait un intéressant travail de communauté. Ce jour-là, le maire du village lui avait demandé de donner des cours d'anglais aux enfants.


La force des médias


-Des gangsters au Mexique et des terroristes en Afghanistan

Car peu d'américains s'intéressent au reste de la planète, les médias disent un peu ce qu'ils veulent en faire croire. Croyez-moi, bien souvent, il s'en donnent à coeur joie!

Les informations sont souvent tournées vers le sensationnalisme et il en résulte une exagération des propos par une répétition continuelle d'événements négatifs.

Ainsi, j'ai pu rencontrer beaucoup d'américains qui m'ont affirmé que le Mexique était rempli de traficants de drogues, que je me ferais kidnapper à coup sûr en Colombie et que je ne vivrai pas pendant 5 minutes sans qu'une bombe ne m'explose dessus en Afghanistan.

Evidemment, aucun d'entre eux ne sont allés ni au Mexique, ni en Colombie, ni en Afghanistan.

Me voici avec un groupe de gangsters mexicains à Merida au Mexique...Non vraiment!

-La peur pour diviser, la peur pour mieux règner

Jai souvent été choqué par les propos du réseau d'information républicainFox News”. Un sentiment de haine ressortait de la tournure choisie pour étayer les faits du jour. Cette haine était souvent raciale, contre tous ceux qui n'étaient pas blanc, ni d'ailleurs anglo-saxons ou même protestant. Le mois dernier, je regardais les nouvelles de Glenn Beck sur Fox News. Glenn Beck est la nouvelle tête d'affiche du réseau et... il est sans doute arrivé à ce point là car il n'avait pas peur d'en faire de trop.

Glenn Beck pleurait en direct. Il pleurait car il avait peur pour son pays. En effet, Barack Obama était au pouvoir, il voulait essayer de changer le système d'assurance maladie.

Glenn Beck disait en direct que Barack Obama n'était plus à l'école. Il ne pouvait pas bénéficier de l'action affirmative et convertir son 9/20 en 15/20 pour devenir président. Etre noir n'était pas assez...

Fox News utilise la peur pour convaincre ses auditeurs de voter républicain. Et parfois, la peur mène à la violence.


-Le port d'arme

Posséder une arme est un débat important aux Etats-Unis. Dans certains Etats, il est très facile de s'en procurer une et de l'utiliser. Au Texas, il est même autorisé de rentrer dans les bars ou restaurant avec son pistolet à la ceinture.

A quelle fin me direz-vous? Selon Fox News, les frontières avec le Mexique sont très dangereuses car elles grouillent de dangereux trafiquants de drogue. Il faut donc bien se défendre. On a même construit un mur...

Le mur séparant la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis (photo prise sur Internet)

 

Supersize me

Aux Etats-Unis, tout est surdimmensionné. Ce n'est donc pas avec un sentiment de Gulliver que j'ai pu découvrir ce pays.


-Le système routier et ses véhicules

Les routes américaines sont simplement excellentes. Il est possible d'aller partout avec votre “truck”, comme disent les américains. C'est amusant car si l'on traduit avec le dictionnaire, “truck” signifie “camion”. Néanmoins, le mot n'est pas si loin de la realité, tellement les véhicules sont énormes.

Le dernier pick-up Ford au salon de l'auto à Chicago. Il vous faut presque une échelle pour grimper dedans!


De ce fait, les routes se sont adaptées aux véhicules, et elles aussi sont énormes!

Rappelez-vous mon passage dans le New Jersey, et ses 19 lignes de routes.

-De la démesure à la surconsommation

Il n'y a pas vraiment de limite vers la grandeur aux Etats-Unis. Cela concerne à peu près tout ce qui peut être produit ou construit.

New York est bien sûr le parfait exemple, comme je le disais dans un article précédent. De même, lors de mon entrée au pays par le Texas, je témoignais de l'expression sortie de cet Etat :'The biggest, the greatest”(“le plus gros, le meilleur”).

Plus haut, je vous parlais des fast-food. Vous avez peut-être vu le documentaire “Super Size Me”. Celui-ci expliquait la possibilité de commander une portion gigantesque de nourriture dans le célèbre fast-food Mac Donald's. Au bout d'un mois, le documentariste, s'étant autoproclamé cobaye de l'expérience, était tombé gravement malade et avait terriblement grossi.

La démesure touche donc également les américains eux-mêmes. Il y a un très grave problème d'obésité aux Etats-Unis.


-La publicité

Si il y a une surconsommation, c'est qu'il y a aussi de quoi consommer. Pour savoir quoi et comment, les publicités jouent leurs rôles à merveille.

Je vous disais dans un autre article que j'avais compté plus de 15 coupures de publicité pendant un film à la television. Pendant le Superbowl, qui est un événement très regardé aux Etats-Unis, j'ai compté 37 coupures. Le Superbowl est un match de football américain qui est censé durer 2 heures. Ajoutez à cela une heure entière de publicité, à 2 millions de dollars le spot de 30 secondes et vous comprendrez un peu mieux l'importance accordée à la réclame.

Il existe même un classement des meilleures spots de publicités diffusés pendant le Superbowl.

Me voici dans un bar d'Indianapolis pendant le dernier Superbowl

 

La culture du soi

-Véhicules et Stickers

Le “truck” ou “pick-up truck” ou “voiture” est sans doute l'objet numero 1 qui déterminera l'appartenance de l'américain à une classe sociale aux Etats-Unis. Comme le système des castes en Inde, où votre appartenance peut tout d'abord être reconnue par votre apparence; aux “Etats-Unis”, votre véhicule peut donner un à-priori sur votre succès personnel et donc d'une certaine façon votre classe sociale.

De même, le véhicule de l'américain peut également être un indicateur de l'intérêt qu'il porte à son pays.

Dans le Maine, ces américains prouvent qu'ils peuvent être utile à la societé en déblayant eux-mêmes les routes s'il le faut!


Il est également possible pour l'américain de s'exprimer via son véhicule gràce à un système ingénieux d'autocollants. On les appelle “stickers” aux Etats-Unis. Chaque sticker peut délivrer un message aux autres automobilistes et donner une idée de la personnalité de son conducteur.

A Miami en Floride, cet homme aime manifestement sa femme.


-Le sport et la culture du corps

Les Etats-Unis sont un pays original en ce qui concerne le sport. Le “soccer” (communément appelé football dans le reste du monde) n'y est pas le sport phare.

En effet, le base-ball, le football américain, le basket-ball ou le hockey sur glace sont bien plus importants.

Le sport à l'université est peut-être même plus suivi que le sport professionnel. Il est possible d'étudier gratuitement si l'on fait partie de l'équipe universitaire (Rappelez-vous les tuitions annuelles qui peuvent arriver à 50 000 dollars l'année).

Les infrastructures sont d'ailleurs étonnantes, comme ici avec le stade de football de l'Université de Cincinnati dans l'Ohio.


Cela n'est pas le plus grand... Certaines universités ont des stades dépassant 100 000 personnes, comme l'Université du Michigan

Le sport est donc important et il est aussi utlisé pour conserver une bonne santé et pour modeler son corps. Evidemment, cela est très paradoxal avec le taux d'obesité de la population mais... Les Etats-Unis sont un pays de paradoxes.

Rappelez-vous cet atelier de musculation de plein-air à Venice Beach, situé à Los Angeles en Californie. Cela fait aussi partie des Etats-Unis.


-L'individualisme

Toute cette culture du soi et cette apologie de la différence est une conséquence de l'individualisme règnant en Amérique. Chaque personne est unique mais aux Etats-Unis, on essaye d'être différent. On utilise tous les procédés imaginables pour se démarquer de son voisin: le tatouage, les vêtements, le véhicule, la maison, les vêtements du chien, les lunettes de soleil...

Parfois, les limites sont déjà tellement loins pour êre meilleur que cela va dans le nimporte quoi. La culture MTV en est un parfait exemple... Enfin, vous connaissez déjà les “Jackass” et compagnie car eux aussi s'exporte.

 

La richesse de la nature

Les Etats-Unis sont un beau pays, sans aucun doute. De plus, le pays est gigantesque donc il y a énormement de choses à voir, notamment au niveau des paysages et de la faune animale.

-Sa diversité

De la côte ouest à la côte est, vous avez de grandes chances de voir un paysage qui évoluera de manière très diverse.

Vous avez tout d'abord la côte Pacifique à l'ouest, qui est plutôt sèche vers le sud vers Los Angeles et qui devient très boisée vers l'Oregon et enfin Seattle.

Le Big Sur, près de Monterey en Califonie est une partie de la côte à ne pas manquer.


Un peu plus à l'Est, vous passez dans le désert du Nevada et vous atteignez les formations de roches incroyables de l'Utah et de l'Arizona.Vous pouvez y trouver le Grand Canyon et l'Arche de Moab parmis les plus connus.

L'arche de Moab dans l'Etat de l'Utah


Tout de suite après, vous entrez dans les Rocheuses. C'est la plus grande chaîne de montagnes des Etats-Unis, même si le plus haut pic est le Mont Mac Kingley en Alaska. Les Rocheuses sont situées du Canada au Nouveau Mexique, en passant par le Colorado, le Wyoming ou même le Montana.

Les montagnes des Rocheuses dans le Colorado


Ensuite, vous pénétrez les immenses plaines et les champs de mais du centre des Etats-Unis. Le paysage est extrèmement ennuyeux car il est plat et monotone. Ces plaines s'étalent du Kansas à l'Ohio, on appelle cela le Midwest.

La platitude du Midwest, ici au Kansas


Puis vous arrivez dans une autre chaîne de montagnes, celle des Appalaches. Ces formations sont bien plus anciennes que les Rocheuses donc elles sont moins elevées et plus arrondies. Les Appalaches vont du Canada jusqu'en Alabama. Il existe même un chemin de randonnée qui parcourt toute la chaîne de montagnes, on l'apelle “Appalachian Trail”.

Les “smoky mountains” dans la chaîne des Appalaches en Caroline du Nord


Enfin, vous atteignez l'autre côte des Etats-Unis, la côte Est. Celle-ci est très differente de la côte Ouest. Le Nord-Est appelé “Nouvelle Angleterre” est également boisé mais bien plus industralisé que l'Oregon ou l'Etat de Washington. La côte évolue vers le Sud et l'on voit la végétation se changer en forêts de feuillus puis enfin en palmiers, marécages et terrains plats en Floride.

Les marais des Everglades en Floride, fournis en crocodiles et alligators


Sans oublier Hawai et l'Alaska, qui sont les deux Etats n'étant pas accroché au reste du pays. J'ai eu l'opportunité de visiter l'Alaska et de deécouvrir ses paysages incroyables, constitués de forêts, de lacs et de montagnes à perte de vue.

Sur la route en Alaska...

-Sa protection

Un atout des Etats-Unis est de prendre soin de son environnement. Contrairement à d'autres pays sur cette planète, je n'ai que rarement pu voir de déchets le long de la route. L'américain connait plutôt son devoir de citoyen de ce côté.

De même, il existe beaucoup de lois créées pour la protection de l'environnement. Vous trouverez aux Etats-Unis une multitude de parcs nationaux dont les regulations oeuvrent dans ce sens.

Le parc national des “Dry Tortugas”et le fameux Fort Jefferson, à l'ouest de Key West en Floride


Il est même permis de fermer les îles si besoin!



 L'autostop aux Etats-Unis

Honnètement, je doute que je renouvellerai un jour l'expérience de voyager en autostop aux Etats-Unis. En effet, il est extrèmement difficile d'arrêter un véhicule de cette facon dans ce pays et ce, pour plusieurs raisons.
 

-Un Etat policier

Les lois créées à l'encontre de l'autostoppeur sont nombreuses et cela ne m'a vraiment pas facilité la tache. De plus, ces lois sont extrêmement compliquées car elles diffèrent d'un Etat à un autre.

En effet, dans certains Etats, il est totalement permis de faire de l'autostop sur n'importe quelle route. C'est le cas en Oregon, où vous pouvez même marcher le long de l'Interstate sans vous faire réprimander.

Dans certains autres comme le New Jersey, l'autostop est complètement interdit sur n'importe quelle route. Evidemment, le New Jersey eéant un Etat complètement urbain, il serait de toute façon difficile d'arrêter les véhicules à l'interieur de cette mégalopole.

En Pennsylvanie, “Do not pick up hitchhikers” (“Ne prenez pas d'autostoppeurs”)

Cette photo fût prise près d'une prison, où il est en effet interdit d'ajouter un nouveau passager à son véhicule. Ce jour-là, trois charmantes demoiselles s'arrêtèrent pour me prendre, au pied de ce panneau!

Dns la majorité des autres Etats, vous êtes autorisés à faire de l'autostop mais pas sur les routes appelées Interstate ou Turnpike. Néanmoins, dans certains Etats, vous pouvez tenter d'arrêter les véhicules dans les bretelles menant à celles-ci. Dans certains autres, vous ne pouvez pas.

Dans le Maine, vous ne pouvez légalement pas faire d'autostop sur l'Interstate, ni sur la bretelle... mais seulement après le panneau l'indiquant!


Alors, j'ai tout de même tenté ma chance à chaque fois. Il m'est ainsi arrivé de me faire interpeller et controler par la police un nombre de 35 fois pendant ma durée totale de mon voyage aux Etats-Unis. Parfois, la police m'emmenait aussi loin possible de la route, pour m'empècher d'y revenir ou pour me faire perdre du temps. D'autre fois, cette même police m'emmenait plus loin dans ma direction pour m'aider, comme à Chicago dans l'Illinois.
 

-Le système de transports publics

Peu de personnes utilisent le système de transports publics car il est souvent innefficace. La compagnie Greyhound est presque l'unique choix d'autobus que vous avez et apparemment sa qualité laisse à désirer.

La station de bus Greyhound à Flagstaff en Arizona


De ce fait, beaucoup d'américains choisissent de posséder leurs propres véhicules. J'ai ainsi pu observer que la grande majorité des conducteurs sont au volant d'un véhicule vide de tout autre occupant.

Il y a donc largement la place pour chacun de s'arrêter pour un autostoppeur. Alors, pourquoi devais-je attendre de si longues heures au bord des routes à voir défiler toutes ces voitures vides une à une?
 

-La culture de la peur

Comme je vous en faisais part un peu plus haut, la peur est un phénomène très important aux Etats-Unis. Le pays a extrêmement changé depuis le temps des hippies dans les années soixante et soixante-dix.

La réputation de l'autostoppeur est aujourd'hui très mauvaise. J'étais souvent confondu au choix avec un voleur, un assassin ou un sans-abri. Certains conducteurs me demandaient même si j'avais l'intention de les tuer si ils m'aidaient!

Ayant cette image collée à moi, certaines réactions des conducteurs passant près de moi furent extrêmement négatives et surprenantes. Durant mon séjour aux Etats-Unis, je fus la victime de centaines d'insultes, de doigts d'honneurs, de personnes essayant de m'écraser, de véhicules s'arrêtant et repartant quand j'approchais ou même de propositions indécentes en tout genre...
 

-Un autre extrême: la gentillesse de certaines personnes

Heureusement qu'ils étaient la. Je ne peux pas tous les nommer mais je les remercie bien chaleureusement. En effet, il existe tout de même une certaine quantité de personnes qui n'hésitent pas à braver cette propogande contre l'autostoppeur. Bien que ces personnes ne sont malheureusement qu'une minorité, ils existent quand même.

Il arrivait parfois que mes conducteurs me conduisaient plus loin que leur chemin. Il arrivait parfois qu'ils m'invitaient au restaurant. Il arrivait parfois qu'ils m'invitaient chez eux.

C'est cette Amerique là que j'ai aimé et c'est celle-la que je veux me rappeler.

Merci à cette famille de m'avoir pris en stop puis invité au restaurant à Duluth dans le Minnesota


Merci à ce couple de m'avoir pris en stop et ensuite invité dans leur ferme d'élans en Alaska

Merci à ce jeune homme d'avoir fait un aller-retour de Newark à Washington DC, juste parce qu'il pleuvait ce jour-là


 
 

C'est sur ce point que je quitte les Etats-Unis et l'Amérique du Nord, après 8 mois passés en son sein. J'ai vu des choses positives et d'autres moins.

Au niveau social et de ses habitants, c'est toutefois avec un sentiment mitigé que je continue l'aventure. Les Etats-Unis ne m'ont pas accueilli aussi bien que je l'aurais espéré. Oui, il y a des personnes bien-intentionnées et oeuvrant pour des causes justes et bonnes. Néanmoins, beaucoup d'entre elles se tournent vers leurs propres intérêts et se désinteressent du sort de l'autre.

Les intéractions entre américains m'ont majoritairement sembées tournées vers le dollar, plutôt que vers un échange social. Oui, l'américain est généreux lorsque l'on parle de donations pecunières... mais est-ce la la priorité?

J'ai quitté les Etats-Unis d'une facçn originale à partir de Key West pour Cuba en Mars dernier. Je me dirige aujourd'hui vers l'Amérique du Sud pour découvrir un nouveau continent.

Cependant, un obstacle se dresse devant moi: la Traversée des Caraibes.

Je vous donne rendez-vous très bientôt pour un récit complet de ce difficile obstacle, en vous laissant un petit indice sur mon moyen de locomotion actuel.


A très bientôt!

Jérémy



Retour au Sommaire

Copyright 2009 - Tous droits réservés - Tour du monde en autostop - Une réalisation ACS Informatique - Creation site internet