Accueil | Préparatifs | Présentation | Tour du monde | Interview | Coin des écoles | Sponsoring |
Tour du monde en autostop - Jeremy Marie

Partenaire







 Carnet de Bord : L’Equateur entre deux hémisphères

L’Equateur entre deux hémisphères

Cela fait la troisième fois que je franchis l´Equateur, cette ligne qui délimite l´hémisphère nord de l´hémisphère sud.  Ma première excursion dans la partie sud du monde débuta en Ouganda. Je revins dans sa zone septentrionale lors de ma traversée de l´Atlantique. Cette fois, je traverse cette ligne imaginaire dans son pays homonyme.

Moins marquant que l´américano-mexicaine ou même que la soudano-éthiopienne, la frontière entre la Colombie et l´Equateur délivre un petit choc culturel.

Première impression… Plus de calme, plus de tranquillité. Terminée l´agitation perpétuelle, les cris et les klaxons. Sans toutefois passer de Bombay au Sahara, on dirait que les habitants rasent les murs sur la pointe des pieds pour être sûr de ne déranger personne.

Deuxième impression.  A y regarder de plus près, les facies des locaux divergent fortement avec ceux de leurs voisins colombiens. Ils sont majoritairement indigènes. A y penser, leurs traits durs et marqués semblent témoigner des incessantes tyrannies qui ont réduit leur nombre jusqu´à leur quasi-extinction.

Perché au Nord-Ouest de l´Amérique du Sud, l´Equateur est unique en son genre. Son histoire, sa géographie, sa population attestent de ce fait. Il fût intéressant de découvrir le second plus petit pays de ce continent.

 

La mitad del mundo

Le caractère unique de ce pays est sans doute premièrement défini par son appellation. Sa position géographique lui a permis de se faire baptiser au nom de la latitude qui y passe. L´Equateur traverse le pays et permet la séparation des hémisphères Nord et Sud.

Voici la carte de l´Equateur, avec la fameuse ligne de latitude 0 la traversant

La mitad del mundo en espagnol signifie « La moitié du monde ».  La ligne imaginaire de l´Equateur, qui sépare donc la planète en deux, passe au nord de Quito, la capitale du pays.

Me voici à la « mitad del mundo ». au nord de Quito

Là-bas, il est possible de réaliser de très curieuses observations physiques. Saviez-vous par exemple que l´eau  se vidant d´un récipient tourne dans un sens différent dans l´hémisphère nord et dans l´hémisphère sud. Plus étrangement, elle ne tourne pas du tout sur la ligne de l´Equateur.

L´eau tourne différemment dans chaque hémisphère

Video sur l´eau qui tourne en Equateur CLIQUEZ ICI

De même, il apparait qu´un certain équilibre se forme lorsque l´on se situe sur la ligne de l´Equateur. De ce fait, il est possible de poser par exemple un œuf sur un clou.

Si vous êtes situé sur la ligne de l´Equateur, vous aurez plus de facilité à faire tenir un œuf sur un clou.

Sachant que je manque totalement d´adresse, je n´ai rien réussi de concluant dans cette intéressante activité. Néanmoins, d´autres ont réussi devant moi avec beaucoup plus de facilité.

Une des curiosités de l´Equateur réside donc dans sa position géographique.  Il ne me manquait plus qu´à parcourir le pays pour en découvrir plus.  Pour cela, j´ai donc évidemment  continué en autostop, mais toutefois avec  une petite variante.

 

L´autostop en Equateur

L´Equateur ne m´a pas apporté de difficulté majeure sur ce point de vue là.  Arrêter des voitures est assez aisé et ma route s´est poursuivi sans soucis vers le sud du continent sud-américain.

Arrêter les voitures fût aisé… Quand néanmoins celles-ci pouvaient me voir au bord de la route !

Les temps d´attentes ne sont pas forcément longs et les véhicules plutôt nombreux sur la route.


L´autostop en compagnie féminine

Il m´arrive de temps à autre de continuer la route avec des compagnons de voyage. Cela me permet de partager mes idées et sentiments à propos du pays et des situations se déroulant devant mes yeux.

Cette fois-ci, j´ai pu me lancer dans un autre type d´expérience.

J´ai souvent été étonné des temps d´attentes reportés par des autostoppeuses que j´ai rencontré durant mon voyage. Là ou je poireautais deux heures, elles me disaient patienter au maximum 15 minutes. Cette fois-ci, j´ai voulu vérifier ce fait en me lançant dans un tour de la moitié de l´Equateur avec une jeune espagnole rencontrée dans une fondation que j´ai pu visiter. De ce fait, je pourrais comparer mes temps d´attente dans la première moitié du pays que je ferais en solitaire avec l´autre moitié que j´effectuerai en compagnie d´Arancha.

Durant la première moitié du pays en solitaire, les temps d´attentes ne me paraissaient pas excéder celles des autres pays d´Amérique latine avec une moyenne de 30 minutes pour chaque véhicule. De ce fait, je pourrai aisément voir la différence, si différence il y a.

Les temps d´attentes n´excédèrent pas celle des autres pays

Différence il y  eu !

J´ai été très surpris de voir que faire du stop en Equateur en compagnie féminine me permis de diminuer mes temps d´attentes à moins de 5 minutes. En fait, la plupart du temps, le premier véhicule s´arrêtait tout simplement.

Moi et Arancha a l´arrière d´un pick-up

Apparemment, un peu de douceur au bord des routes semble déclencher une réaction hormonale chez les conducteurs, située au niveau du pied de la pédale de frein. Personnellement, je ne m´en suis pas plains, cela m´a offert comme des vacances au milieu de mon voyage. Merci donc a Arancha pour sa collaboration.

 

Selva, sierra, costa

Autant que la culture de ses habitants, la nature du pays est diversifiée. A l´image de la Colombie, l´Equateur possède trois principaux types de paysages : la jungle amazonienne (la Selva), les montagnes de la Cordillère des Andes (Sierra) et la zone côtière bordant l´Océan Pacifique.

Les trois principales zones équatorienne

Une nouvelle fois, je ne me suis pas rendu dans la jungle amazonienne, une partie que je pense réserver lors de ma future traversée du Brésil.


La sierra

La région de la Cordillère des Andes est très différente de celle de la côte Pacifique. Que ce soit par son paysage que par sa population, il semblerait que ce soit deux pays différents.

La Cordillère des Andes offre de très beaux paysages de montagne et est majoritairement peuplée d´une population indigène.

D´une vallée à une autre, les paysages sont magnifiques dans la Cordillère

Dans les montagnes, où apparaissent les premiers lamas, il est possible de voir certaines habitations réalisées avec les matières premières trouvées sur place. Au milieu des champs, je suis donc tombé sur des maisons en pierre ou en terre séchée.

Ces mêmes indigènes donnent de la couleur au paysage équatorien.  Surtout dans les villages, il est possible de voir la population locale revêtir des vêtements traditionnels très colorés.

Vers Quito,  je suis tombé sur un groupe d´équatoriens allant répéter certaines danses traditionnelles. Certains des vêtements ci-dessous sont portés quotidiennement par les locaux.

La couleur est très présente dans la Cordillère. J´ai eu l´occasion de passer dans un village au sud de Quito. Les escaliers gravissant la montagne adjacente possédaient une peinture surprenante.

Ces escaliers témoignent de la couleur présente dans la sierra équatorienne

Certes, j´ai trouvé la Sierra très colorée, mais elle m´a aussi paru un peu triste.  Il est possible que le fait de venir d´un pays aussi vivant que la Colombie m´a permis de remarquer ce fait culturel.  En effet, les distractions sont plutôt rares en Equateur. L´apparition des breuvages alcoolisés à des horaires antérieures au petit-déjeuner en est la preuve. De même, les bouteilles du fameux alcool d´orge fermenté (encore que je doute qu´il s´agit ici d´orge) ont démultiplié leurs tailles. Il est ainsi possible de trouver des bouteilles de bières d´un litre. L´alcool est un problème de société assez répandu dans ce pays perché entre deux hémisphères. J´ai eu l´impression que chaque début de prise d´alcool devait se terminer à la limite du coma éthylique… D´où la tristesse de la situation.

Cependant et comme d´habitude, la majorité de la population s´est très bien comportée avec moi.  Toutefois,  je dois avouer quand même qu´il m´a paru assez difficile de rentrer en contact avec la population locale indigène. 

 

La costa

Passons de la montagne à la mer, de la sierra à la costa. Comme dans beaucoup d´autres pays, la règle générale semble que les côtiers soient plus ouverts et plus détendus que leurs voisins des cimes.

Cependant, la côte équatorienne, même si elle est plus accessible socialement, s´est avérée être moins intéressante culturellement. Il y a en effet beaucoup moins d´indigènes dans cette partie tropicale du pays.

Le climat permet d´obtenir de belles récoltes de fruits tropicaux. Près de la ville portuaire de Guayaquil s´étendent de nombreux champs de bananes.

Les nombreux champs de bananes de la zone côtière sont prêts à être exportés

La côte équatorienne est assez touristique. L´attraction majeure semble être saisonnière, quand les baleines s´installent à cet endroit.  De nombreux tours en mer sont proposés pour observer ces immenses créatures.

La venue des baleines permet un développement du tourisme sur la côte équatorienne

 

De l´influence espagnole à l´influence américaine

Si la population indigène a presque été décimée, cela est sans doute à cause de la colonisation espagnole à partir du 16ème siècle.

Aujourd´hui, un certain nombre de bâtiments subsistent, notamment dans le centre de Quito ou de Cuenca.

Une place du centre de Quito

La cathédrale de Cuenca

Même si la population indigène est plus importante en Equateur qu´en Colombie, l´influence espagnole est aujourd´hui parfaitement notable, à commencer par la langue pratiquée…

Comme au Panama, mais à un degré moindre, j´ai également noté une influence américaine en Equateur. Tout d´abord, la monnaie utilisée est le dollar américain comme chez son voisin d´Amérique centrale. Dans les grandes villes, il est possible de revoir les enseignes de restaurants ou de magasins provenant du pays de l´Oncle Sam.

Jusqu´à dans cette petite échoppe, il est possible de voir une influence américaine. Ici, on vend des vêtements américains pour bébés

L´influence américaine semble être observable surtout dans la manière de consommer. Les véhicules sont par exemple souvent des modèles d´Amérique du Nord. Que cela soit Ford ou Chevrolet, le fameux pick-up est très présent en Equateur.

 

 

Au final, l´Equateur m´a semblé être une bonne introduction au Pérou, ou je suis actuellement. Ce petit pays possède une richesse culturelle qui est à elle seule une raison pour aller y jeter un œil.

Il est dit qu´en quelques heures, il est possible de passer de la jungle à la côte en passant par les monts andins. Sans oublier bien sûr les îles Galápagos, où Charles Darwin a développé la théorie de l´évolution, mais là il faut bien plus que quelques heures pour y accéder.

La population timide mais attachante m´a également laissé un bon souvenir. Des enfants aux joues rougeoyantes jusqu´aux couleurs éclatantes des vêtements de la population des villages, l´Equateur fût une expérience unique.

Je vous laisse sur une dernière photo de mon passage dans une fondation près de Quito.

…Et le reportage qui va avec !

CLIQUEZ ICI pour video

A très bientôt,

Jérémy



Retour au Sommaire

Copyright 2009 - Tous droits réservés - Tour du monde en autostop - Une réalisation ACS Informatique - Creation site internet