Accueil | Préparatifs | Présentation | Tour du monde | Interview | Coin des écoles | Sponsoring |
Tour du monde en autostop - Jeremy Marie

Partenaire







 Carnet de Bord : Les très endémiques îles Galapagos

 Durée de l'escale: 7 jours

Interview sur la radio « Le Mouv » à propos des Galapagos, cliquez ici pour écouter

 

 

Après 8 jours de traversée, nous posons pied à terre pour la première fois dans cette traversée du Pacifique. Nous arrêtons tout d’abord à l’île San Cristobal dans l’archipel des Galapagos.
Nous nous situons à environ 1000 kilomètres des côtes d’Amérique du Sud mais nous nous trouvons géopolitiquement toujours sur ce continent. En effet, les îles Galapagos appartiennent à l’Equateur depuis 1832.
Aujourd’hui, ces îles sont un parc national protégé par l’Unesco.

En effet, les îles d’origine volcanique des Galapagos possèdent une flore et une faune absolument uniques au monde. Vous avez en effet sans doute entendu parler des tortues géantes. C’est l’espèce endémique qui est sans doute la plus connue sur cet archipel, mais vous pouvez également rencontrer des nombreux spécimens incroyables sur ces îles, qui vous rendront le séjour plutôt inoubliable ! Cela a inspiré la fameuse « Théorie sur l'Evolution » à Charles Darwin, qui visita et étudia les îles des Galapagos à partir de 1835.

La tortue des Galapagos, qui peut vivre jusqu’à 175 ans

 

Au milieu d'un spectacle naturel unique au monde

Dès notre arrivée par la mer, le spectacle commence déjà. En effet, des dizaines de tortues de mer nagent autour de notre bateau. Elles sont absolument énormes, de la même taille que les tortues de terre.

J'ai l'occasion de nager au milieu de ces dernières, muni simplement d'un masque et d'un tuba. La sensation de se retrouver aux côtés de ces animaux préhistoriques, sans que ceux-ci ne semblent s'inquiéter de ma présence, est tout simplement magique. Arriver face à face avec elles est une surprise énorme car jamais je n'aurais pensé que ces tortues géantes puissent venir si près de la côte.

Le spectacle continue et nous n'avons pas encore touché terre. Les lions de mer ont envahi la baie de Puerto Baquerizo, où nous allons jeter l'ancre. En effet, ils sont étonnamment allongés, comme profitant du soleil, sur de nombreuses embarcations également en mouillage. Plusieurs jours plus tard, certains d'entre eux viendront même s'inviter sur notre voilier !

Mais nous n'avons encore rien vu. Oui, nous touchons enfin terre. Les festivités commencent et les lions de mer s'occupent de notre bienvenue. Nous croyons avoir été surpris par leur très grande présence dans la baie, nous n'avions rien vu. Ils sont partout, absolument partout. Dans la rue, sous les arbres, sur la plage, sur les bancs, dans les jeux pour enfants...

Les lions de mer sur la promenade de Puerto Baquerizo

En plus d'être facilement visibles, ils sont également extrêmement bruyants. Ils hurlent à la mort toute la journée et toute la nuit en émettant de peu esthétiques mais gigantesques rots de lion de mer. Le dépaysement est complet.

Un lion de mer sur un banc public

Omniprésents, bruyants, mais pourtant je ne peux pas m'empêcher de les trouver attachants. Pouvoir encore observer des animaux qui agissent comme s'ils étaient chez eux n'importe où est une chose qui est de nos jours trop rare. J'ai grandement apprécié ce moment avec les lions de mer.

Je ne peux pas m'empêcher de les trouver attachants

Toujours sur le front de mer, mais sur l'île de Santa Cruz, le marché de poissons attire pélicans et oiseaux en tous genres.

Retour l'île de San Cristobal. Je me dirige sur une de ces plages volcaniques. En effet, les Galapagos sont des îles d'origines volcaniques. Ces roches en bordure de mer témoignent de ce fait.

Les roches volcaniques en bordure de mer à San Cristobal

En me promenant au milieu de ces pierres, il me semblent que certaines choses s'y mouvent. Des panneaux m'indiquent que des iguanes de mer occupent ces lieux. En y regardant de plus près, je peux apercevoir cette espèce endémique. Ces iguanes marins paraissent aussi préhistoriques que ses camarades tortues et lions. De vrais petits dragons !

Les iguanes de mer aux Galapagos, de vrais petits dragons !

La végétation s'accentue en se dirigeant vers l'intérieur de l'île. Le sommet San Cristobal est assez élevé car il est formé par un cône volcanique. Toutefois, la végetation est très dense et variée sur l'ensemble de l'île.

La végétation est variée aux Galapagos, ici des cactus

Toujours, à chaque coins d'arbres, vous pouvez vous attendre à tomber sur une espèce animale quelconque ou unique... En ayant tout de même plus de chance que celle-ci soit unique !

Cette fois-ci, un canari me surprend...

Alors que quelques centaines de mètres plus tard, je tombe nez à nez avec une autre tortue géante ! Celles-ci sont vraiment superbes et semblent ne pas pouvoir s'arrêter de vieillir et de grandir, comme si elles étaient... intemporelles.

Avec les tortues géantes des Galapagos

Intemporelles...

La population locale au milieu d'atouts naturels uniques

Heureusement, le gouvernement équatorien agit avec responsabilité. De grosses amendes vous attendent si vous décidez d'emmener illégalement certains spécimens, végétaux ou n'importe quoi qui provient de ces îles. Toutes les îles des Galapagos sont situées sur un parc national, ce qui légitimise les moyens mis à sa disposition pour sa protection.
L'éducation de la population locale et leur participation dans cette mission de sauvegarde me paraît fonctionner très correctement.
Des gestes simples comme jeter ses déchets à la poubelle jusqu'à des techniques élaborées d'aide à la reproduction d'espèce en danger, le gouvernement équatorien œuvre activement à garder ses îles aussi longtemps uniques que possible.

Le recyclage fait partie du quotidien des locaux aux Galapagos

Une taxe d'entrée de 100 Dollars US aux Galapagos est obligatoire. Cela permet d'une part de filtrer un peu les entrées sur le territoire pour contrôler plus facilement le flux de touristes. D'autre part, cet argent est utilisé pour la protection du Parc.

Nous sommes arrivés en voilier et nous nous sommes vus fournir un agent pour effectuer les démarches administratives. Carmela nous a accueilli d'une merveilleuse manière sur son île, à l'image des locaux aux Galapagos. Il est aisé de se sentir en sûreté aux Galapagos. Les locaux sont bienveillants, hospitaliers et constamment prêts à vous aider.

Autour d'un diner au restaurant avec Carmela et ses enfants

Notre séjour s'achève déjà aux Galapagos car ce n'était qu'une escale dans notre traversée du Pacifique en direction de la Nouvelle-Zélande. Néanmoins, la faune et la flore locale m'a absolument époustouflé. Après les savanes du Kenya et de Tanzanie, je n'avais pas vécu d'émotions si fortes lors de la contemplation du spectacle animalier de la nature.

Nous reprenons l'océan pour notre plus grosse étape puisque notre prochaine destination sont les îles Marquises en Polynésie française, situées à plus de 3000 nautiques. Nous serons en concurrence avec Laura Decker et son voilier pour cette partie du trajet (elle partira finalement deux jours après nous et arrivera un jour avant!)

Le voilier de Laura Decker (cette jeune hollandaise de 14 ans qui fait le tour du monde en voilier en solo) aux Galapagos

A très bientôt en Polynésie française!

Jérémy



Retour au Sommaire

Copyright 2009 - Tous droits réservés - Tour du monde en autostop - Une réalisation ACS Informatique - Creation site internet